Vous êtes ici : Actualités sur Vignerons.pro > Actualités > Que peut-on attendre des vendanges 2013 ?

Que peut-on attendre des vendanges 2013 ?

VendangesNous l’avons tous constaté, la météo s’est montrée capricieuse cet été et en ce début d’automne. La pluie et surtout la grêle dans certaines régions a retardé les récoltes de plusieurs semaines : pas de chance pour les viticulteurs cette année encore, après une cuvée 2012 déjà relativement faible.

Dans le Bordelais, le record de vendanges aussi tardives (mi septembre voire octobre) remonte à 1988... Que peut-on donc attendre du millésime 2013 ?

Les récoltes en quelques chiffres

Malgré une période de plein été très ensoleillée, avec le terrain humide du printemps les grappes ne sont arrivées à maturité, en règle générale, que vers le 30 septembre, après une ultime semaine de beau temps. Les prévisions annoncent ainsi quelques 43 millions d’hectolitres tous cépages confondus, ce qui reste en dessous des moyennes décennales (45,4 millions).

En 2012, les vignes ayant souffert de la canicule du mois d’août, on avait atteint un triste record de 42,5 millions d’hl, plus faible récolte depuis 1991. Heureusement les vendanges 2013 s’annoncent un poil plus prometteuses, en dépit du retard dû à la maturation tardive des raisins. Après les orages de grêle estivaux, les vins de Bordeaux devraient produire environ 4,5 millions d’hl contre 5,6 l’année dernière : au vu des circonstances, les vignerons ont clairement préféré sacrifier la quantité à la qualité.

Un impact à prévoir sur les tarifs

Une petite récolte ne signifie pas toutefois un mauvais millésime ; en Bourgogne, les professionnels s’attendent d’ailleurs à de la qualité, mais la rareté dans toutes les catégories de vin change la donne au niveau des prix. Pour certaines régions, berceaux d’appellations prestigieuses, on prévoit un déficit quantitatif pour la troisième année consécutive, et les vignobles alsaciens notamment se heurtent aux exigences de la grande distribution qui rachète chaque année une part importante des vins.

Il va donc falloir puiser dans les stocks pour maintenir un chiffre d’affaire correct. La faible production qui s’annonce risque fort d’entraîner une tension sur les prix, d’autant que des ventes record on déjà été enregistrées à l’exportation depuis le début d’année 2013. Une préoccupation générale dans bien des régions, le prix avoisinant les 70 € de l’hectolitre.

Vignes

Beaujolais : raisin du soir, espoir...

Malgré cette situation tendue, un adage dit que les années se terminant en ‘3’ sont censées être de grandes années pour le vin. En Beaujolais, les vendanges se sont révélées engageantes, contre toute attente, à l’image de la maxime. Si rien ne laissait présager une si belle récolte, les vendangeurs ont prédit des vins très colorés et un bon équilibre entre matière et arôme : les cépages de Brouilly ont été généreux en grains de toutes tailles.

La macération des grappes, gorgées de sucre, devra même être modérée par un processus de vinification à basse température afin que les levures produisent moins d’alcool : en dépit des inquiétudes du mois dernier, le Beaujolais Nouveau attendu dans deux semaines (21 novembre) pourrait finalement être une bonne surprise cette année !

Écrit par Nath le 13/11/2013
Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter cet article

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à recopier : WU4QNk

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres actualités à découvrir